retour sur la liste des actions

Partager cette action

Les chiffres clés

3 798

élèves étudient dans les 29 écoles, dont 49,1 % de filles

330

enfants et 14 professeurs bénéficient de 12 nouvelles salles de classes construites en parpaings réparties dans 3 nouveaux bâtiments.

31 %

de nouveaux enseignants à la rentrée 2019 : le turnover, dû au salaire faible et irrégulier, a augmenté par rapport à 2018 (20 %) mais l’augmentation de salaire de 11% en 2019 devrait limiter leur départ.

Renforcer 29 écoles primaires rurales à Lamielle

Haïti Inter Aide

Contexte

Haïti reste confronté à d’importants défis socio-économiques, aggravés par des événements climatiques et sanitaires dévastateurs. 40 % de la population est analphabète ; l’éducation est basée sur un système en grande majorité privé, particulièrement déficient.

Située dans le département du Centre à 3 h de piste du chef-lieu Hinche, la section rurale de Lamielle est en évolution grâce aux échanges commerciaux avec la République dominicaine voisine. L’offre scolaire y est importante mais elle est hétérogène, avec des effectifs d’élèves élevés, des enseignants non formés, peu d’équipements et de bâtiments corrects.

Un programme d’appui aux écoles rurales pendant 6 ans

Ces constats ont motivé le lancement d’un programme d’appui à la scolarisation dans cette zone par Inter Aide, en 2015. Son objectif est de permettre à tous les enfants d’achever un cycle entier d’études primaires. 

Inter Aide a développé une méthodologie adaptée aux zones rurales isolées, fondée sur un cycle d’appui aux écoles de 6 ans. L’approche a été expérimentée préalablement dans d’autres communes d’Haïti.

Le soutien consiste à créer les conditions de la mobilisation des parents, de l’équipe éducative et à leur transférer les compétences pour prendre en charge eux-mêmes l’amélioration de l’offre scolaire :

  1. le directeur et le comité de parents de chaque école partenaire rédigent leur projet d’amélioration, dans le cadre d’ateliers animés par l’équipe d’Inter Aide ;
  2. ils signent ensuite chaque année un contrat de renforcement qui définit les conditions de l’accompagnement de leur projet et du suivi des engagements annuels pris par chaque partie : parents (au sein des comités), directeur, maîtres, autorités locales et Inter Aide. Les contrats précisent l’appui apporté par Inter Aide si l’ensemble des acteurs respectent leurs engagements : formations, équipement en mobilier et en matériel pédagogique, support didactique et amélioration des infrastructures.

Le facteur de réussite est la démarche participative proposée aux communautés, qui prennent en charge le fonctionnement des écoles.

Le cycle d’appui se décompose en 3 étapes :

  • préciblage pendant 1 an : identification des écoles et communautés qui expriment un intérêt pour le projet,
  • appui renforcé pendant 4 ans : mise en place du projet,
  • désengagement progressif pendant 1 an : poursuite de la formation si nécessaire, supervision et suivi.

Actions

A la rentrée de septembre 2019, 29 écoles adhèrent au programme, soit 78 % des établissements de la zone.

En 2019 se termine la troisième année d’appui renforcé (année scolaire 2018-2019) et débute la quatrième (2019-2020). Les activités suivantes sont poursuivies :

  • mobiliser les parents et les responsables des 29 écoles : les sensibiliser aux enjeux de la scolarisation des enfants et les stimuler pour participer à la gestion de l’école ; le paiement de l’écolage en temps et en heure par les parents reste encore incertain.
  • former l’ensemble des acteurs pour améliorer le fonctionnement des écoles et les conditions d’apprentissage : structurer et former les comités d’école, former les directeurs et les enseignants ; l’ensemble des professeurs et directeurs ont bénéficié de 38 journées de formation en 2019.
  • améliorer durablement l’environnement d’apprentissage : dotation en manuels scolaires, supports pédagogiques, mobilier adapté, construction de nouveaux bâtiments aux normes parasismiques.

Le budget total du programme pour 2019 s’est élevé à 227 105 €.

Ce programme est soutenu depuis 2017 par la Fondation, qui a financé en 2009 et 2010 le même programme dans la commune de Boucan-Carré et, en 2015 et 2016, dans la commune de Juanaria.