retour sur la liste des actions

Partager cette action

Les chiffres clés

1338 patients

répertoriés en 2018 dans le registre des cancers pédiatriques des unités d’oncologie formées par le GFAOP

226 colis

de médicaments anticancéreux envoyés en 2018  pour un montant de 203 500 €

Médicaments anticancéreux pour des enfants de 3 pays subsahariens

Sénégal GFAOP

Alors que dans les pays développés, les enfants bénéficient de chances significatives de guérison, les enfants des pays en développement atteints de cancers meurent massivement par manque de moyens, d’offre de soins qualifiés et à cause de dysfonctionnements des systèmes de santé. Pourtant, 8 cas de cancer pédiatriques sur 10 apparaissent dans ces pays.

C’est dans ce contexte que le Groupe Franco-Africain d’Oncologie Pédiatrique (GFAOP) a permis, depuis sa création en 2000, d’ouvrir 22 unités hospitalières spécialisées en cancérologie pédiatrique dans 18 pays d’Afrique. Ces unités pilotes ont les compétences et les moyens de prendre en charge les enfants atteints de cancers selon des procédures diagnostiques et thérapeutiques adaptées au contexte local. Le GFAOP a en effet établi des recommandations thérapeutiques pour soigner les 5 types de cancer les plus fréquents en Afrique (70 % des cas). Pris en charge suffisamment tôt, ils ont de bons pronostics : 54 à 70 % de guérison.

Les médicaments anticancéreux ne sont pas disponibles localement ou alors à des prix hors de portée des familles. Le GFAOP subvient à ce besoin, tout en menant une action de plaidoyer auprès des institutions internationales et politiques locales pour obtenir des traitements gratuits pour les enfants dans les hôpitaux publics.

Actions

Les médicaments sont achetés 2 fois dans l’année par le GFAOP à Gustave Roussy et à l’établissement pharmaceutique de l’Ordre de Malte France (EPHOM) pour 15 pays sub-sahariens, ce qui garantit la qualité des produits.

L’estimation pour chaque unité d’oncologie approvisionnée est réalisée en fonction du nombre d’enfants traités et des types de cancer, grâce à un registre du cancer hospitalier qui permet de suivre les bénéficiaires des traitements et d’évaluer les actions. Après commande du chef de l’unité, les médicaments sont envoyés par Aviation Sans Frontières ou par un transitaire. Ils sont récupérés par le chef de service de l’unité et stockés dans les conditions requises. Ils sont ensuite utilisés selon les protocoles mis à disposition par le GFAOP.

Comme la plupart des familles sont très pauvres et ne peuvent financer l’achat des médicaments, le GFAOP va continuer à répondre aux demandes des unités de soin et à fournir les médicaments.

Actuellement, seuls 15 % des enfants atteints de cancer sont soignés. Souvent, ils arrivent trop tard pour être sauvés. Le GFAOP mène parallèlement un important travail de sensibilisation et d’information pour augmenter le nombre d’enfants pris en charge avec des diagnostics précoces.

Le soutien de la Fondation Barbier de la Serre sert à financer les besoins en médicaments pour 3 pays :

  • Madagascar – Antananarivo (hôpital HJRA) : estimation de 40 patients pour les 5 protocoles ;
  • Sénégal – Dakar (hôpital A. Le Dantec) : 140 patients ;
  • Bénin – Porto-Novo (CHU départemental de l’Ouémé-Plateau) : 10 patients (nouvelle unité formée aux protocoles GFAOP depuis 2017).