retour sur la liste des actions

Partager cette action

0 Partages

Les chiffres clés

150

repas fournis 4 jours par semaine et 9 mois par an

3,5 €

coût des produits alimentaires par mois et par enfant

Fournir les repas de l’école maternelle d’un quartier défavorisé de Mbour

Sénégal Tche Kanam

Contexte

En 2015, le taux de préscolarisation de la petite enfance au Sénégal était de 14,7 %, encore faible comparé à la moyenne africaine de 20 % et loin derrière des pays comme le Ghana ou le Cap Vert qui ont dépassé la barre des 60 %. C’est dans ce contexte que Tche Kanam construit et équipe des écoles maternelles pour les enfants de 3 à 6 ans dans la région de Mbour et participe à l’accompagnement de ces structures.

Le projet « un repas chaque jour d’école » fait partie de cet accompagnement.

En effet, la fourniture du repas est inexistante dans les écoles sénégalaises. Or, servir un repas équilibré à l’école est une façon de lutter contre les carences alimentaires, d’informer les mères sur leurs besoins nutritionnels et ceux de leurs enfants et de sensibiliser les familles à l’hygiène et à la nutrition. Enfin, fournir le repas du déjeuner aux enfants permet de motiver les parents à scolariser leurs petits de 3 à 6 ans plutôt que les laisser vagabonder dans les rues.

Les objectifs du projet

  1. Scolariser les tout-petits pour favoriser la réussite des enfants en école primaire.
  2. Lutter contre la malnutrition et les carences alimentaires.
  3. Inscrire à l’état civil des tout-petits sans papiers encore trop nombreux.

En outre, autour de l’école c’est aussi le développement du quartier (préalablement sans eau ni électricité) qui est en jeu en impliquant les habitants, les artisans, les collectivités, les matériaux et produits locaux.

Les résultats

La Fondation a financé la fourniture d’un repas chaque jour d’école aux 150 enfants de l’école de Falokh de la ville de Mbour lors de l’année scolaire 2016-2017. Ce projet a permis :

  • une meilleure répartition des repas sur la journée pour les enfants : les mamans ne rentrant chez elle que vers 16h, les enfants devaient attendre cette heure pour manger ;
  • une meilleure nutrition : les repas sont variés, équilibrés et enrichis en vitamines par les légumes qui poussent dans le potager ; les enfants ont bénéficié d’une visite médicale organisée par Tche Kanam et la pédiatre a pu constater les effets bénéfiques des repas sur la santé des enfants ;
  • une éducation à la nutrition pour les mamans à travers l’association des parents et le comité de gestion qui gère la cantine avec le directeur ;
  • pour les enfants en rapport avec les programmes de l’Education nationale :
    • une éducation à la nutrition (les enfants consomment beaucoup de sucreries),
    • une éducation à l’hygiène (lavage des mains),
    • une éducation au « vivre ensemble » : manger assis, respecter ses camarades…

La Fondation a financé à nouveau la fourniture de ces repas pour l’année scolaire 2017-2018.