retour sur la liste des actions

Partager cette action

Les chiffres clés

802

familles accompagnées en 2019, dont 596 nouvelles familles

59 %

Taux de résolution des problèmes identifiés avec les familles

1152

certificats de naissance obtenus en 2019

Accompagner les familles pauvres d’Antananarivo à Madagascar

Madagascar ATIA

Madagascar connaît une forte accélération de son urbanisation : un tiers des Malgaches vivent en ville. La population d’Antananarivo est estimée à plus de 2 600 000 habitants.

En ville, les inégalités sont plus fortes qu’à la campagne. Les habitants les plus pauvres risquent continuellement de basculer dans l’extrême misère, ne disposant ni de terres, ni de source de revenu pérenne.

A Antananarivo, les quartiers de la ville basse abritent de nombreuses familles pauvres dont les réseaux familiaux et sociaux sont très réduits. Leur marginalisation les tient à l’écart des services de proximité et les maintient parfois durablement dans la clandestinité. A cette pauvreté économique et sociale s’ajoutent les mauvaises conditions d’hygiène de cette partie de la ville, surpeuplée et insalubre, qui s’étend sur la plaine rizicole inondable.

C’est dans ces quartiers les plus défavorisés qu’ATIA mène deux programmes au profit des familles :

Objectifs du programme

L’accompagnement familial dynamique est un processus d’aide aux familles les plus vulnérables pour leur permettre de résoudre par elles-mêmes leurs problèmes prioritaires :

  • augmenter leurs revenus,
  • se soigner,
  • bénéficier d’un suivi pré et post-natal,
  • scolariser les enfants,
  • lutter contre la violence conjugale,
  • obtenir des documents administratifs…

A partir d’une écoute active, les animatrices sociales de Koloaina les aident à retrouver leur motivation, à fixer des objectifs et à mener les actions nécessaires.

Actions

En 2019, les activités d’accompagnement familial ont été menées auprès de 802 familles dans 6 quartiers pauvres de Tananarive.

       1. Améliorer l’insertion sociale des familles

Après une période de mise en confiance et d’écoute de 6 semaines, l’animatrice sociale aide la famille à définir des objectifs réalisables, matérialisés dans un « contrat » appelé « projet de vie » : obtenir des documents administratifs, accéder à la santé ou au planning familial, scolariser les enfants, accroître leurs revenus, résoudre des problèmes psychosociaux (dépression, dépendances à la drogue ou à l’alcool)…

A l’issue de la phase de suivi qui dure 4 mois et demi, une évaluation définit la capacité de la famille à poursuivre sa progression sans l’appui de l’animatrice. Une évaluation supplémentaire est menée 6 mois après la fin de l’appui pour vérifier le maintien à plus long terme des bénéfices de l’accompagnement.

Pour déterminer les aspects sur lesquels les familles veulent travailler, une grille de 27 objectifs spécifiques a été développée par ATIA portant sur 6 catégories : santé, natalité, éducation, document, économie et psychosocial. Les 436 familles dont l’accompagnement s’est terminé en 2019 ont identifié en moyenne 7,6 objectifs et en ont résolu 4,5.

        2. Favoriser l’accès aux documents administratifs des enfants de moins de 12 ans

De nombreuses familles ne possèdent pas de certificats de naissance, indispensables pour les démarches administratives (passer un examen scolaire, obtenir une carte d’identité…). Koloaina a lancé un programme d’aide à l’obtention de documents administratifs pour des familles pauvres, en collaboration avec les autorités administratives de la circonscription d’Antananarivo. Koloaina regroupe les dossiers puis les transmet aux services locaux, avec lesquels des accords préalables ont été conclus pour faire aboutir leur traitement.

La Fondation a alloué à ce programme 15 000 € en 2017, 20 000 € en 2019 et 23 000€ en 2020 ; son budget total s’est élevé à 212 641 € en 2019, financé par des partenaires publics et privés.